Bienvenue dans mon Blog - Welcome to my Blog

Vous aimez le Stoner , le heavy rock , le heavy psych , le rétro , le desert rock ? Vous devriez trouver ici votre bonheur parmi les quelques centaines de chroniques de groupe et d'album découvertes et partagées depuis 2010.

A+,

jeanmid

dimanche 23 avril 2017

Colour Haze - In Her Garden



Je retrouve avec plaisir le trio allemand au top de leur inspiration musicale avec ce nouvel opus " In Her Garden " - déjà le treizième de la discographie - sorti il y a quelques semaines  . Leur dernière production , "  To the Highest Gods We Know  " paru il y a trois ans m'avait en effet laissé un peu sur ma faim .
Pour ce nouvel album Colour Haze est revenu à l'essentiel et l’alchimie opère à nouveau . Parmi les 13 compositions - j'ai zappé les interludes - j'ai extrait les plus belles à mes yeux ou celles dont les couleurs m'ont le plus envoutées dans cet album si fleuri .. Des titres majoritairement instrumentaux où le combo teuton brille par sa créativité ,  par ses mélodies lumineuses et hypnotiques . Comme ce "Black Lilly " qui nous met dans le bain instantanément ; le titre dégage une puissance tellurique avec cette rythmique syncopée que conforme les riffs de Stefan , mordants et acérés . La force de l'ensemble est exacerbée par ces incroyables lignes mélodiques qui vous donnent envie de fermer les yeux afin de mieux d'en apprécier la richesse et la profondeur . Mais la mayonnaise prend encore mieux avec " Magnolia " qui vous envoûte instantanément avec ces chorus tout en touché  et qui se font par moment plus fuzzés , plus hargneux tout en gardant cette teinte mélodieuse dont le trio a le secret  . Les riffs saccadés comme le tempo sont  enlevés , groovy et  vous entraînent dans une folle sarabande . Stefan et ses acolytes Philipp et Manfred ne lâchent rien sur " Arbores" et les riffs savent prendre de la hauteur pour mieux nous émerveiller - écoutez celui à partir de 2'25" - avec cette petite teinte Allman Brothers qui transpire à travers ces soli en parallèle sur deux tonalités différentes..On en redemande ! "Lavatera " est la première à intégrer de belles notes de clavier qui donnent un côté vintage à l'ensemble  et supporte avec justesse la rythmique en fusion et les explosions de notes de la guitare du maestro . "Islands " renoue avec les morceaux fleuve du groupe et développe donc pendant plus de 11 minutes une flopée de notes qui s'échappent avec grâce de la guitare de Stefan ,  inondent l'espace avec majesté et caressent nos tympans avec légèreté et chaleur . Un titre qui vous embarque vers un ailleurs fantasmé , qui vous laisse  vous évader le temps d'un instant de vos contraintes physiques et psychologiques . "Labyrinthe' titre aux multiples rebondissements soniques complète  la brochette de riffs envoûtants et le dynamisme de sa rythmique par l'adjonction de quelques cuivres qui donne à cette composition une note classique plutôt étonnante . "Skydancer " à la rythmique virevoltante et aux envolées frénétiques de Stefan également aux vocaux sur ce titre . Du Colour Haze pur jus avec ces notes qui jouent l'alternance entre sonorités fuzzées et moments plus calmes , plus introspectifs . En bonus les descentes d'orgue qui ajoute une autre coloration et une intensité supplémentaire . Pour clore  cet excellent LP le trio enfonce définitivement le clou avec "Skydance " pendant 100% instrumental du titre précédent . Ils nous offrent un véritable festival de mélodies  , de chorus lumineux qui vous prennent littéralement aux tripes . Subtil mélange de notes en apesanteur et de riffs puissamment orchestrés qui s'enchainent avec magie pendant ces dix minutes .
Bravo les gars !



Liens utiles :


A+,

jeanmid


samedi 25 mars 2017

Sun Blood Stories - It Runs Around the Room With Us



Certains albums semblent voués à la contemplation , à la rêverie et à l'émotion comme ce nouvel opus du groupe américain Sun Blood Stories . Après leur excellent premier LP studio  paru en 2015 il est vrai qu'on les attendait un peu au tournant ....Eh bien sur cette nouvelle galette , sorte de concept album où chaque composition semble venir compléter l'autre  , les chants ensorceleurs de Ben et d'Amber sont toujours présents associés à ces mélodies hypnotiques venues d'ailleurs . Des sons , des vibrations extrasensorielles issus d' une flopée d'effets couplés à la slide d'Amber , la rythmique de Ben  et soutenus par la frappe en apesanteur de Jon . Dix titres qui sentent le plaisir de trois musiciens à jouer ensemble , à rechercher l'harmonie parfaite et à nous donner un plaisir inédit .
L'émotion est là , palpable , sur ce " End of the Day " . Le chant panoramique d'Amber accompagné par de magnifiques lignes de synthés et quelques notes de guitare tout en touché . Une mélodie fine et envoutante qui donne envie de fermer les yeux pour mieux apprécier cette belle composition doucement mélancolique . Ben prend la suite au chant sur " Step Softly Ghost" entouré une nouvelle fois d'une mélodie douce et plein de charme  magnifiée par  ces quelques notes de piano auxquelles répondent ces notes de  guitare aériennes tout en réverbération  dont l'intensité des riffs s'amplifie progressivement comme le rythme du tempo , "Great Destroyer " , premier single de l'album, sur lequel on retrouve ce mélange unique qui avait fait mouche sur leur précédent album studio : cette alternance de  riffs  de guitare toniques et saturés dont la puissance est amplifiée par ces chorus hallucinés de slide et ces quelques notes quasiment caressées qui glissent dans vos oreilles avec bonheur . " Eclipse Theme " nous embarque quelques minutes pour un voyage lumineux et enchanteur avec ces quelques notes en sustentation qui reviennent inlassablement  et délicatement cajoler nos tympans , légers comme des plumes et impalpables comme des bulles de savon .
Le chant de fée d'Amber nous séduit et nous ensorcèle irrésistiblement sur " Come Like Rain"  comme ces mélodies mélancoliques et  planantes  avant que vous ne soyez pris par une  subite envie de remuer la tête en cadence afin de suivre  la rythmique syncopée et frénétique qui accompagne ces deux notes de guitare entêtantes qui envahissent tout l'espace sonore ..
Le trio n'oublie pas les beaux espaces  instrumentaux avec ce " Time Like Smoke " de plus de huit minutes . Après cette introduction chorale   , les notes foisonnent de toutes parts , liquides et cristallines . Fermez les yeux : vous vous retrouvez aspiré vers un au- delà où scintillent les étoiles . L'espace - temps n'a plus de frontières pour vous . Votre corps flotte dans l'espace galactique comme un nuage poussé par le vent  et vous découvrez , totalement médusé , la beauté de l'univers , à la fois si fragile et si fascinant par sa démesure . La redescente se fait en toute sérénité et nonchalance à l'écoute de " Echoer Approach " . Les majestueuses notes slidées  vous guident miraculeusement à travers ce magma intemporel et insondable . Soudain comme venus de nulle part et comme un heureux présage , d'autres éléments musicaux s'égaient  autour de vous avec grâce  et volupté . 
Je crois malgré tout que le sacré  restera malgré les soubresauts de notre époque et  malgré ce que nous dit " Nothing Sacred Will Hold " , que le beau sera toujours là pour nous émerveiller   comme ces mélodies qui inondent ce titre , à la fois majestueuses et remplies d'émotion et comme cet album qui se clôture par deux morceaux complètement barrés ce qui prouve que le trio a aussi un sacré sens de l'humour et une belle équipe d"amis qui les entourent de leur bienveillance. Allez à la prochaine et merci pour cette pépite éblouissante et totalement réjouissante .
Site WEB





It Runs Around the Room With US (2017)
1. End of the Day
2. Step Softly Ghost
3. Great Destroyer
4. Eclipse Theme
5. Come Like Rain
6. Time Like Smoke
7. Echoer Approach
8. Nothing Sacred Will Hold
9. Burn
10. The Enemy















A+,

jeanmid

dimanche 12 février 2017

Buried Feather - Mind of the Swarm



Quatre ans après leur excellent premier manifeste les australiens Buried Feather reviennent avec leur rock psychédélique raffiné qui mélange les influences des sixties avec ces claviers aux sonorités vintage et celles plus actuelles où les guitares gorgées de fuzz ont la part belle .
Neuf titres  différents et détonants qui partagent cet amour de la mélodie qui vous rentre dans le crâne instantanément tout en vous caressant les tympans . C'est le cas de ce " Would I Miss You " aux riffs groovy à souhait qui vous fait remonter le temps à vitesse grand V , une époque où les pantalons pat d'eph  se dandinaient sur les dance floor . Un chant envouté couplé à un orgue trépidant , encadré par de solides riffs de guitare carrés et éruptifs complété par  une armature rythmique bondissante . Belle entrée en matière !
Changement d'atmosphère avec " Dust " au climat plus aérien et plus léger  avec ces nappes de synthés vaporeuses qui encadrent d'omniprésents  chorus de guitare hypnotiques  me rappellant un peu  le jeu de Jason Simon des Dead Meadow . On continue dans le même esprit avec "The Stranger " avec ce riff de guitare à l'effet tournoyant sous phaser et flanger qui emmène un tempo répétitif tout en percussion . Un beau mal de cou en perspective si vous souhaitez accompagner la rythmique ...
Une basse survitaminée joue les avant postes dès l'entrée en matière de " Mind Of Swarm " suivi comme son ombre par la guitare spatiale , aux notes éthérées et par une batterie qui pulse  au diapason cette rythmique addictive démultipliée à l'infini .
"Sunshine " : On repart dans les sixties avec ces notes de clavier qui donnent le "LA" à cette mélodie sous LSD , énergique et explosive menée par une batterie frénétique et entêtante  qui n'aurait pas dépareillée dans un album de "Thee Oh Sees " .
Mais l'un des  titres phares de cet album est sans doute  pour moi " Endless C." Un titre qui tourne en boucle depuis plusieurs semaines dans mes enceintes et dans ma tête . Ces notes , comme du liquide semblant  littéralement inonder l'espace sonore : cette profusion de  fluides soniques à la fois mélodiques et colorés qui enveloppent avec bonheur vos tympans . C'est tout simplement beau et magnifiquement envoûtant .
Les vibrations toniques de l'orgue et de la guitare noisy  enrobent de leur vigueur  et de leur sombre mélancolie " Regular Creep " agrémenté ça et là de breaks intenses et irrésistibles grâce à une section rythmique éruptive et décapante .
Ambiance cotonneuse pour ce "Screen Dreamer "  où les douces nappes de synthés répondent à cette  rythmique métronomique pour un trip décadent et corrosif .
"Well Wishes " clôt ce nouveau chapitre des  australiens avec une composition au tempo plus vif et syncopé qui laisse libre cours  aux riffs noisy et fuzzy autant efficaces que dévastateurs  de la guitare secondé par un clavier qui renforce l'intensité sonique des quatre musicos et qui convient parfaitement pour ce final tout en puissance .
Page Facebook
Bandcamp






Mind of Swarm (2017)
1. Would I Miss You
2. Dust
3. The Stranger
4. Mind of The Swarm
5. Sunshne
6. Endless C.
7. Regular Creep
8. Screen Dreamer
9. Well Wishes










A+,

jeanmid





vendredi 10 février 2017

Lamagaia





Peu d'informations circulent sur ce groupe suédois basé à Göteborg . Quatre garçons concentrés sur leur art et leur inspiration . Au croisement du heavy psychédélique , du space , krautrock et du fuzz sous acide , le groupe scandinave sort ce mois - ci un nouvel album halluciné composé de deux longs titres à la force tellurique incroyables grâce à l'association avisée des deux labels Cardinal Fuzz et Sunrise Ocean Bender . Découverts avec leur précédent opus , l'excellent " Lamagaius ",  le combo suédois nous embarque pour un nouveau voyage musical intersidéral . Deux compositions aux ébouriffants riffs soniques entretenus inlassablement par une rythmique implacable . Comme "Aurora " qui égrène pendant plus de 16 minutes ces notes immatérielles et à la fois si percutantes . Un flot incandescent qui vous inonde de sonorités brutes gorgées de fuzz . Un refrain rythmique qui déroule imperturbablement son  rouleau compresseur laissant le chant ( en suédois ) lui répondre en écho puis aux chorus totalement débridés jouer les avant- postes . La wah wah en éruption ,  la fuzz  en ébullition et les delay au rupteur vous transportent dans une autre dimension .
"Panorama Vju" nous montre une autre facette du quatuor ; une facette plus contemplative , plus hypnotique . Légèreté et apesanteur sont au programme comme des bulles de savon qui flottent dans l'air frais du matin . De voluptueuses nappes de synthés nimbées de mélodies de guitares entêtantes , une basse qui joue le métronome avec en arrière plan la batterie tout en touché. Une deuxième partie ( à partir de 5' ) , plus enjouée et rythmée où se dévoilent de beaux chorus aériens et hallucinés comme un prélude à ces quelques notes de saxophone qui transcendent et trouent l'espace sonore tels les météorites dans l'espace invisible de l'univers . Magnifique !
Un album à découvrir sans aucun doute . Un conseil : profitez - en pour aller écouter le reste de leur discographie .
Page Bandcamp : ICI
Site WEB








Line-up :


  • Tobias : guitares , synthés
  • Carl : basse
  • Micael : batterie
  • Tore : guitares , synthés









Lamagaia (2017)
1. Aurora
2. Panorama Vju










A+,

jeanmid








jeudi 2 février 2017

Farflung - Unwood Celluloid Frown


Impossible de passer à  côté de ce nouvel EP des ricains Farflung  intitulé " Unwood Celluloid Frown "  qui verra le jour le 7 avril via le toujours très actif label italien Heavy Psych Sounds . On y retrouve les marques de fabrique qui ont fait la réputation du groupe : puissance sonique , créativité et sonorités psychédéliques .  Les pionniers du heavy space rock à la sauce US reviennent en 2017 avec cinq nouveaux  titres diaboliques sous le bras qui vont combler vos oreilles toujours en attente de nouvelles expériences sensorielles .
Les gaillards de Los Angeles commencent très fort avec " You Will Kill for Me " : une bardée de riffs méga infuzzés qui décoiffent et vous rentrent dans le crâne comme dans du beurre  associés à une nappe d'effets et  de circonvolutions pyrotechniques impressionnantes . Gros débordement d'énergie côté chant et une rythmique massive et percutante qui assure la charnière  .Décollage garanti  et
déstabilisation totale avec ce premier titre foudroyant !
Ça y est on est en totale apesanteur avec " We Wish for Wounds " . Le titre nous embarque pour un voyage introspectif  intense  et extrasensoriel . Nappes de claviers et chorus de guitare se combinent par enchantement en une mélodie légère et vaporeuse portée par un tempo enjoué et répétitif . Des incantations en écho viennent apporter leur supplément de mystère et  de surnaturel .
"Unwood Celluloid Frown " apporte une touche plus synthétique ( celluloïde ) , électronique comme un hommage aux sonorités des groupes  US des années 70 - 80  tels que   Devo avec leur musique sautillante et frénétique que Farflung a assimilé dans sa grande lessiveuse musicale .
Retour à la contemplation avec "Axis Mundi  " long titre de plus de  douze   minutes comme une sorte de flottement vibratoire répété à l'infini irradiant dans vos  hémisphères cervicales .  Une rythmique minimaliste accompagne ces mélodies éthérées qui s'élèvent et planent lentement vers votre subconscient. Volupté et totale zénitude au programme .
"Silver Ghost With  Crystal  Spoons " termine  ce nouveau chapitre de Farflung tout en légèreté et en fluidité avec ces mélodies aux sonorités 70s qui vous caressent dans le sens du poil .
Un album à ne pas louper !
Page FACEBOOK




Line-up :


  • Tommy Grenas : chant , claviers , guitares
  • Michael Esther : guitares , claviers , chants
  • Paul Hischier : guitare















Unwood Celluloid Frown EP (2017)
1.You Will Kill For Me
2. We Wish For Wounds
3. Unwood Celluloid Frown
4. Axis Mundi
5. Silver Ghost With Crystral Spoons













A+,

jeanmid









dimanche 1 janvier 2017

Killer Moon



Alors que l'année 2016 vient de se terminer il y a quelques heures et que vous avez sans doute découvert les classements habituels des meilleurs albums de cette année , je souhaite revenir quelques mois en arrière et m'arrêter sur l'album des Killer Moon paru en août dernier . Un superbe LP qui flirtent avec le heavy psyché et le blues aérien , mélange sulfureux entre les riffs heavy Black Sabbath et les sonorités sixties de The Doors . Killer Moon nous vient de Chicago et "Nocturne Into Nebula " est leur quatrième opus studio . Déjà remarqués avec leur EP "Tunnel Vision " paru en 2013 , le combo US revient cette année avec un long album de plus d'1 heure de musique intense et lumineuse .
Ça commence par une intro parlée vouée à l'introspection et à la méditation  puis on passe aux choses sérieuses avec " Last Fast Die Young" qui résonne comme un manifeste des Stooges avec ses riffs nerveux et répétitifs combinés à un tempo - dynamite sous Tranxene .
Mais le voyage commence véritablement avec "Dazed " :  étourdissant maelstrom sonore qui n'est pas sans rappeler certains titres des Floyd au début des 70s  d'où finissent par sortir  ces riffs percutants et distordus portés par un tempo survolté et que domine un chant  généreux et habité - Jim Morrison sort de ce corps !  Montez le son et laissez vous porter par les pulsations de la basse et les chorus hendrixiens  de la guitare . Electrisant ! "Africans From Space" reste dans cette même veine avec un nouveau long jam qui gagne progressivement en intensité rythmique et dramatique comme  en folie sonique . Mais le trio sait aussi calmer le jeu et nous réserver quelques  moments où les notes semblent flotter librement dans l'espace , nimbées d'une lueur irréelle ..
"Death Trip " nous montre un côté plus mélancolique mais qui garde  toute sa hargne et sa vitalité . Les riffs sont incisifs et incandescents comme ce chant désincarné  mais malgré tout rugueux . "Blind" est un blues incandescent  et vaporeux  où ces notes de guitare réverbérées à l'envie  se mêlent à  la voix mélodique de Jesse sur laquelle se répercutent ces coups de boutoir rythmiques qui ne semblent jamais vouloir mourir .
Sortant un peu du lot ce " Transmitting " nous  rappelle les premiers U2 ou Joy Division . Hommage aux précurseurs de la New Wave ?
Retour aux atmosphères psychédéliques avec "Broken Blues" qui nous offre comme son nom l'indique un blues , lent , envoutant et aérien . Aux  chants mélancoliques et désincarnés s'associent ces riffs de guitare tranchants et mélodiques qui prêtent à la méditation et à la relaxation , ces lendemains de fête où le mal de crâne peut quelquefois vous tirailler quelque peu les tympans ...
Le final de cet album , "As Above So Below",  reste sur ce tempo lourd et lent ; ces notes en apesanteur , cette basse légère et cette voix comme flottant dans l'espace . L'accélération du rythme est prétexte  à un beau chorus plus enveloppé et distordu qui déchire l'espace sonore et met fin à vos derniers doutes quant à qualité de ce trio US qu'il convient d'aller découvrir au plus vite .
Site WEB : ICI
Page Bandcamp 


Line-up :





  • Amaris Aviles : basse
  • Jesse Garza : chant , guitare
  • Anthony Macias : batterie





Discographie (sélection):





Nocturne Into Nebula ( 2016)
1. Temple of the Son
2. Live Fast Die Young
3. Dazed
4. Africans from Space
5. Death Trip
6. Blind
7. Transmitting
8. Broken Blues
9. As Above So Below











Tunnel Vision EP ( 2013)
1. Set You Free
2. Heavy Trip
3. Tunnel Vision
4. Dealing With the Devil
5. Gateway of the Gods













A+,

jeanmid







BONNE ANNEE 2017




Bonne année à tous , de tout âge , de toute race , de toute couleur , heureux de partager cette même passion avec vous .

A+,

jeanmid