Bienvenue dans mon Blog - Welcome to my Blog


Welcome to my Blog which is also yours !
Stoner Rock / Desert Rock / Heavy Rock / Hard Blues Rock / Heavy Psych / Sludge ...and More are always welcomed here !
It's before all a site to share news , ideas , stuff , ..have fun !!

A+,

jeanmid

samedi 20 décembre 2014

Mondo Drag



Je viens de me rendre compte que je n'avais encore jamais parlé de Mondo Drag sur mon blog . Eh bien réparons cette injustice ! Le groupe formé en 2006 a déjà commis deux albums  et le nouvel LP éponyme sort le 16 janvier prochain  via l'excellent label Kozmik Artifactz. Après l'écoute de ce nouvel opus force est de constater que malgré un changement de  line-up ( la section rythmique composée de Zack et Cory  partie rejoindre  Blues Pills en Suède ) depuis la réalisation de New Rituals  l'inspiration est toujours au rendez - vous . Sous la houlette du trio d'origine , le groupe évolue dans un style unique au croisement du Heavy rock  aux sonorités vintage rappellant  des groupes des années 70 comme Deep Purple , Uriah Heep ou Jethro Tull , du Rock space - psychédélique des Pink Floyd  ou Hawkwind voire du Prog Rock . Ce nouvel album recèle de belles pépites musicales aux mélodies raffinées , aux atmosphères variées et addictives . Si nous  explorions un peu plus en détail cet album avec le magnifique instrumental " Pillars of the Sky " qui nous ramène plus de 40 ans en arrière , à l'époque des Pink Floyd pré - Dark Side of the Moon avec ces atmosphères planantes merveilleusement mises en relief par les mélodies de claviers hypnotiques et ces chorus de guitares savoureux . "Crystal Visions Open Eyes " comme " Zephyr " sont deux autres grands moments de cet album : un orgue qui virevolte comme aux temps  des valeureux Jon Lord ou Ken Hensley ( éoutez - moi ce solo sur "Zephyr" )  , des guitares à l'unisson qui caressent vos oreilles avec des chorus  de toute beauté comparables au niveau mélodique aux meilleurs soli des suédois de Graveyard . "The Dawn " est du même acabit : les mélodies sont tenues par le couple orgue / guitare  , la rythmique assure le tempo vaillamment sans relâche  et alors côté solo - mon Dieu - c'est l'extase - tout en doigté les guitares scintillent alternativement  à droite puis à gauche laissant nos sens en émoi . Superbe ! Ne comptez pas sur le groupe pour faire une pause . " Plumajilla " continue sur sa lancée avec des chorus de guitare stéréophoniques  beaux et mélodieux qui s'entrecroisent pour notre plus grand plaisir avant de céder la place à quelques jolies notes de flûte !. Attendez . Vous croyez le titre arrivé à son terme . Mais non ! Soudain la deuxième partie instrumentale prend la suite .Trois minutes de bonheur intense :  les notes enchanteresses s'insinuent comme par miracle dans vos oreilles ; vous vous sentez tout d'un coup plus léger et une sensation de bien être s'empare de vous ... quel moment magique ! Mondo Drag délaisse pour quelques instants l'orgue pour les synthés sur "Shifting Sands" et encore une fois le résultat est au rendez - vous . Plus de cinq minutes de mélodies psychédéliques enivrantes couplées à un chant aérien et des notes de guitares tout en "glissando" . La rythmique joue ici les métronomes avec ses frappes récurrentes qui accompagnent parfaitement les envolées mélodiques des synthés et des guitares . Un régal ! " Snakeskin "clôt ce chapitre  . Le titre alterne entre douceur et énergie ,  entre puissance des riffs et refrains mélodieux .. Tous les instruments sont à l'unisson  . La guitare , les percussions , la batterie , la basse comme  le chant contribuent à donner cette impressionante magnituede sonore qui va crescendo jusqu'à son paroxisme final .
Un fabuleux album tout simplement immanquable !
Page Web du groupe ICI
A écouter LA

Line-up : 


  • John Gamino : chant , claviers                     
  • Jake Sheley : guitare
  • Nolan Girard : guitare , claviers
  • Andrew O'Neil : basse ( sur le dernier album )
  • Ventura Garcia : batterie ( sur le dernier album )









Discographie (LP): 



Mondo Drag (2015)
1. Zephyr
2. Crystal Visions Open Eyes
3. The Dawn
4. Plumajilla
5. Shifting Sands
6. Pillars of the Sky
7. Snakeskin












New Rituals (2010)
1. New Rituals
2. Light as a Feather
3. Love Me ( as a Starnger)
4. Come Through
5. Fade Out
6. Serpent Shake
7. True Visions
8. Apple
9. Black River
10. My Oh My
11. Tallest Tales








A+,

jeanmid



vendredi 12 décembre 2014

The Dirty Streets - Blades of Grass


A cette époque où l'on fait le bilan de l'année écoulée je vous propose de revenir  quelques instants à l'année 2013 le temps de zoomer sur le dernier disque en date des Dirty Streets " Blades of Grass " sorti chez Alive Naturalsound. Je suis en effet accro à cet excellent groupe américain présenté Ici il y a deux  ans déjà. Fidèles à leurs précédentes galettes le trio basé à Memphis  a composé 11 titres d'un Heavy Blues Rock sacrément réjouissant . Gros riffs de guitare , chorus impeccables  , chant coloré  d'émotion et une rythmique groovy sont les quelques recettes de cet album . Comme leurs compatriotes The Brought Low ou The Black Crows les  morceaux fleurent bon les campagnes verdoyantes , les paysages immaculés  et   les sonorités vintage  qui sonnent comme un vibrant hommage aux  racines du rock  .Des riffs qui vous rentrent immédiatement dans le crâne comme ce " Stay Thirsty " mené par une guitare aux accords bluesy  légèrement overdrivés  , un piano survolté ( avec Rick Steff  aux manettes ) et un tempo dynamique .
Autre titre qui vaut son pesant d'or : " Movements #2 " magnifique acoustique en totale apesanteur  qui rappelle les belles atmosphères de certains Led Zep  avec juste quelques belles  percussions en guise de rythme ; un régal !  " Keep an Eye Out " revient aux sonorités " roots " bluesy , un chant qui dégage une couleur et une chaleur incomparable ; le groove est assurée par une section rythmique impeccable ."Blades of Grass "  et son tempo syncopé , ses riffs gras légèrement  distordus vous donnera sans aucun doute l'envie de taper du pied en cadence et d'accompagner de la voix ce petit chorus bluesy - merci Monsieur Toland ! Dans un registre vintage écoutez ce " Try Harder " et ces touches de clavier complété par encore de sacrées belles partie de guitare qui vous ramèneront directement aux années 70  . " I Believe I Found Myself " est encore un bel exemple de l'association réussie entre claviers et guitares sans parler d'une mélodie imparable  et de refrains qui sentent bon le Sud des Etats Unis ;  cerise sur le gâteau d'éclatants soli qui vous prennent aux tripes .Si pour se reposer de toute cette débauche d'énergie on fermait les yeux quelques instants en écoutant le somptueux instrumental "Twice " qui nous transporte loin du  bruit de la ville vers des contrées lointaines gorgées de soleil ( on a bien besoin en ce moment ! ).
Superbe album à écouter ICI
Page Facebook du groupe .




Blades of Grass ( 2013)
1. Stay Thirsty
2. Talk
3. No Need to Rest
4. Movements #2
5. Try Harder
6. Blades of Grlass
7. Keep an Eye Out
8. Heart of the Sky
9. Truth
10. Twice
11. I Believe I Found Myself







A+,

jeanmid

samedi 29 novembre 2014

My Brother The Wind - Once There Was a Time When Time And Space Were One



Un nouvel album des suédois de My Brother The Wind est toujours un moment attendu avec impatience . Il est comme une friandise ou comme un bon vin  dont les différentes saveurs et arômes apparaissent progressivement lors de la dégustation . Eh bien ce nouvel opus ( 3ème du collectif ) est un peu comme ça : plusieurs écoutes sont nécessaires pour découvrir  les subtils arrangements , toute la délicatesse qu'il recèle . Une superbe production ( sans pour autant renoncer à l'enregistrement entièrement analogique ) qui met en valeur toute la musicalité des quatre musiciens dans  ces compositions improvisées , véritables jams aériens . Cette nouvelle galette qui est sortie mi-octobre dernier via Free Electric Sound comporte neuf titres instrumentaux mélangeant rock psychédélique, space ou krautrock  avec des guitares aux avant poste soutenues par une solide section rythmique .Les différents morceaux qui s'imbriquent parfaitement les uns aux autres sont  tous aussi délicieux à l'oreille même si quelques grands moments se dégagent du lot . " Song of Innocence " est l'un de ceux - là : plus de onze minutes de somptueuses mélodies aériennes , véritable voyage sonore qui rappelle quelque belle épopée floydienne des années 70 où ce qui importait n'était pas la longueur des morceaux préformatés mais l'émotion qu'ils dégageaient. "Into the Cosmic Halo" et sa rythmique hypnotique qui revient nous hanter encore et encore . Les chorus inventifs et magiques de Mathias Danielsson et Nicklas Barker virevoltent autour de nos oreilles , conquises .Le trop court "Misty Mountainside " apporte une très belle touche acoustique à l'album , mélange de grâce et de mystique . On est littéralement happé par le tempo de "Garden of Delights "   qui se répète à l'envie inlassablement bientôt accompagné par des mélopées entêtantes qui gagnent progressivement en intensité remplissant bientôt une grande partie de l'espace sonore . Un délicieux périple où vous gouterez aux subtiles senteurs de jasmin vous attend ..

Superbe réalisation à écouter ICI
Page FB






Once There Was a Time When Time And Space Were One ( 2014)
1. Song Of Innocence part 1
2. Song Of innocence part 2
3. Into The Cosmic Halo
4. Misty Mountainside
5. Garden Of Delights
6. Thomas Mera Gartz
7. Once There Was A Time When Time And Space Were One
8. Epilogue
9. Prologue 









A+,

jeanmid

 



samedi 15 novembre 2014

Mother Corona


Cela faisait quelque temps que je n'avais pas écouté un sacré bon album de Stoner Rock . Eh bien c'est chose faite avec ce nouvel opus des anglais de Mother Corona ( groupe formé en 2008 et basé à Dicot non loin d'Oxford )  . Ce deuxième LP est vraiment une réussite . Tout y est  : des riffs lourds et mélodiques , une section rythmique  hyper dynamique  , un chant d'écorché vif haut en couleur et des soli d'anthologie . Un sacré lot de brûlots qui dépotent croyez moi ! Le trio  grand breton n'a pas lésiné avec ce troisième manifeste qui contient pas moins de 15 morceaux . Côté zique  c'est du solide : du stoner rock pur jus qui flirte dans les notes graves comme il faut sans occulter les mélodies . Une production digne de ce nom couronne le tout . Quelques titres incontournables ? Eh bien si vous avez besoin d'un bon décrassage des oreilles je vous conseille l'écoute à fort volume de "Wax " . Des riffs en béton armé et surtout un GROOOOVE comme ça ! Lee Cressey s'en donne à cœur joie et ça s'entend avec de superbes chorus qui vous scotchent dès la première écoute  . " Return " est un autre titre remarquable . Une voix aux intonations particulières et aux accents maléfiques mise en valeur par des guitares au diapason  : la basse qui vrombit et donne le relief qu'il faut à un tempo en éruption , la six cordes  en folie avec un jeu complètement endiablé . "Dead Space "  ne relâche pas d'un cran la pression avec un tempo hallucinant tout au long de ce morceau et une mélodie qui donne envie de taper du pied en cadence . Les riffs  sont puissants et répétitifs . Parfait pour se réchauffer les neurones par ces temps de froideur ! Une autre pépite est ce " Stone Cold Universe " avec ces riffs entêtants et corrosifs encore une fois superbement encadrés par une section rythmique percutante et survoltée qui apporte toute sa  puissance  . "Master Bizarre " est du même acabit avec une force de frappe sonique  impressionnante : un déluge de riffs carrés et massifs  et un chorus aérien de toute beauté .   " Ashes We Leave " montre le groupe en version instrumentale : la basse est monumentale avec ses sons hyperfuzzés , Dave O. qui martèle ses fûts comme un malade et Lee en  maitre " ès 6 cordes " qui descend quelques gammes à la vitesse de l'éclair pour notre plus grand bonheur .
Un conseil allez découvrir cet album au plus vite !
A écouter ICI
Page Facebook



Line-up :



  • Lee Cressey : guitare
  • Dave O. : batterie , chant
  • Rob Glen : basse



Discographie (LP) :


Return (2014)
1. Cut the Rope
2. Wax
3. Black Acid Morning
4. Reburn
5. Dead Space
6. Preacher
7. Vertigo Terror
8. Hangover
9. From Me to Nowhere
10. Stone Cold Universe
11. Sunseeker
12. Master Bizarre
13. Ashes We Leave
14. Enough Time Spent
15. Lily Mae




Out of the Dust ( 2012)
1. Hedonist King
2. Sunscope
3. Sonic Tomb
4. Cosmic Collisions
5. Quaalude '74
6. V.A.G.
7. Nuclear Winter
8. Out of the Dust









A+,

jeanmid


vendredi 31 octobre 2014

Stubb - Cry of the Ocean




Celui-là ça faisait quelque temps qu'on l'attendait avec impatience ! Stubb est un groupe que l'on suit et qu'on ne lâche pas comme ça ! Ce deuxième LP  sortira officiellement le 14 novembre aux States et à partir du 17 novembre en Europe  via le très dynamique label Ripple Music , deux ans après leur dernier album que je vous avais présenté ICI. Le trio anglais a  vraiment mis le paquet : une superbe production qui apporte  une incroyable épaisseur aux huit titres qui composent cet album . Par ailleurs cet opus est je trouve plus ambitieux que le précédent tant dans la richesse des sonorités que dans la diversité des compositions . Certes les racines Heavy Blues  vintage à la Hendrix sont toujours présentes mais le groupe embrasse également de nouveaux horizons musicaux qui sont manifestes sur " Cry of the Ocean " , "Snake Eyes " ou " You'll Never Know "  morceaux qui figurent selon moi avec " Heartbreaker " ou " Devil's Brew" parmi les plus inspirés de cet LP .
 Les mélodies sont superbement travaillées comme les refrains qui apportent un côté festif , joyeux à cet album . Prenez le très hendrixien "Devil's Brew " auquel le trio londonien a la bonne idée de rajouter quelques chœurs que l'on a envie de reprendre avec eux ou " Heartbreaker " , hommage manifeste à Led Zeppelin dont la première partie acoustique est carrément émouvante - j'ai adoré ce petit passage de slide guitare à la fin . L'album ouvre sur " Cry of the Ocean " Part 1 et l'on se retrouve immédiatement happée par des vagues bienfaisantes d'allégresse que diffuse ces magnifiques mélodies hypnotiques  même quand la pédale de fuzz est enfoncée . Le groupe nous réserve le meilleur pour la fin avec deux titres de plus de plus 7 minutes : "Snakes Eyes " sur lequel l'alchimie entre sonorités vintage - notamment de belles phrases de clavier - et chant mélodieux additionné à  un tempo langoureux opère à 200 % ; un superbe final qui laisse la place belle à un chorus totalement débridé et à une ambiance musicale digne des premiers Santana . "You'll Never Know " clôture ce deuxième chapitre  qui alterne entre riffs fuzzés doublés d'effets  psychédéliques et de superbes passages aériens qui n'auraient pas détonné dans un album des Floyd  . En résumé une galette vraiment réussie qui montre un trio londonien inspiré et en grande forme .
Fortement conseillé !
Site officiel du groupe ICI





Cry of the Ocean (2014)
1. Cry of the Ocean Part 1
2. Cry of the Ocean Part 2
3. Heavy Blue Sky
4. Sail Forever
5. Heartbraker
6. Devil's Brew
7. Snake Eyes
8. You'll Never Know








 

A+,

jeanmid



samedi 18 octobre 2014

Slow Season - Mountains

 


C'est un bel hommage à la fin des 60 / début des 70s que rendent les Slow Season à travers ce nouvel album " Mountains " qui sortira le 11 novembre prochain via Riding Easy Records . Le quatuor californien que je vous avais présenté ICI en 2012 a fait du chemin entre temps ; parcourant les scènes californiennes et des États Unis ,  le groupe a propagé un buzz tout à fait mérité autour d'eux . Ce deuxième opus a été conçu et fabriqué avec la même recette que le précédent : enregistrement à l'ancienne dans le Home Studio de Cody Tarbell avec magnéto à bandes  en full analogique  et des  prises capturées "live"  . Le résultat est à là : des compositions de  Heavy Blues Rock hyper efficaces aux sonorités vintage , un rendu acoustique parfait ,  de la spontanéité , des riffs qui sonnent et un chant en parfaite harmonie . A l'écoute des premières notes de cet album impossible de ne pas penser à Led Zeppelin : que ce soit les riffs , les chorus , les percussions et même le chant  , tout transpire l'esprit de ce génial groupe britannique . Mais attention si les influences du Zeppelin sont manifestes sur la plupart des  titres , les dix morceaux qui composent cette galette  restent vraiment originaux et méritent sans aucun doute d'être découvertes . Prenez " Sixty Eight " avec ce riff bluesy de damné qui vous prend aux tripes et vous embarque directement  40 ans en arrière sans passer par la case "Départ" . Le fantôme de John Bonham plane également sur la rythmique que Cody Tarbell soutient comme un forcené ...et je ne vous parle pas de ce solo dément qui couronne le tout ." Synanon " allie la mélodie  et la subtilité des parties acoustiques  ainsi qu' un chant éthéré  avec l'énergie  massive dégagée par ces  superbes riffs de guitare saturés . "King City " c'est une basse  rouleau compresseur au groove impeccable qui tient la cadence doublé d'une batterie ultra percutante  complété par des guitares en furie . "Damo's Days " est lui aussi un autre de ces brûlots : des riffs endiablés et tranchants secondés par une section rythmique de folie , un refrain qui rentre dans le crâne dès la première écoute et un chorus de toute beauté . "Shake " c'est du pur heavy rock n roll qui vous donnera la bougeotte et l'envie de vibrer  en cadence avec ces riffs hors du temps derriere lesquels plane  l'ombre de Jimmy Page .  Sur " Ain't Gonna Listen " c'est l'air  de  "Sympathy for the Devil " des Stones que rappelle cette mélodie au piano répétée à l'envie comme une mélopée desespérée auquel répond un chant totalement habité .
Vous n'êtes pas encore convaincu ? Eh bien allez écouter le premier titre extrait de l'album ICI .
Site WEB du groupe .





Mountains (2014)
1. Sixty Eight
2. Synanon
3. King City
4. Damo's Days
5. Shake
6. Ain't Gonna Listen
7. Endless Mountain
8. Wasted Years
9. Apparition
10. The Defector









A+,

jeanmid

samedi 4 octobre 2014

Wild Eyes - Above Comes Below



Yes ! Revoilà nos quatre américains enragés avec toujours la belle et fougueuse Janiece Gonzalez aux vocaux . Un nouvel EP intitulé " Above Comes Below" verra en effet le jour le 27 octobre prochain sous la houlette de Heavy Psych Sounds . Pour ceux qui ne connaîtraient pas encore Wild Eyes ( présenté l'année dernière ICI ) , les californiens sont tombés dans le chaudron musical des seventies  . Ne soyez donc pas étonnés de découvrir des riffs rentre - dedans qui ne vous quitterons pas le crâne de si tôt ! Ne soyez pas également surpris d'être pris par une envie folle de remuer la tête en cadence . Aïe ! J'avais déjà oublié ! Bon ces six titres s'écoutent comme on goûte un grand cru : sans modération .
Prenez ce " Snakey Lady " vous ne pourrez rester insensible à ces chorus décapants et à ce groove infernal mais surtout vous ne pourrez  résister aux charmes ensorceleurs de la voix de Janiece . Quant à " Plenty Good Lovin " un joyeux titre qui rappelle les années 70 , ses riffs débordant de saturation  encadrés par un duo  qui battent le tempo tel des forcenés sans aucune pitié pour leurs instruments ! Les amateurs de groove et de heavy blues vont être réjouis avec "The Freak " illuminé par le chant gorgé de soul et de hargne de Janiece et ces superbes chorus gorgés de fuzz et de wah wah qui vont vous donner la pêche pour la journée entière ! Un petit dernier pour la route ? " Hewn Runes "  démontre que Wild Eyes a plusieurs cordes à son arc . Quel groove mes amis ! Un excellent titre de Heavy Rock qui donne tout son jus  et vous donnera sans aucun doute envie de découvrir Wild Eyes from San Francisco , brothers and sisters , en Live lors de leur tournée européenne en novembre et décembre prochain . Un conseil : ne les loupez pas  !
Page Facebook





Above Comes Below EP (2014)
1. Stiff Nights
2. Snakey Lady
3. Plenty Good Lovin
4. The Freak
5. Alabaster Dream
6. Hewn Runes












 A+,

jeanmid



samedi 27 septembre 2014

Black Moon Circle - Andromeda



Cela fait sacrément plaisir d'avoir des nouvelles de notre trio norvégien  préféré ,  Black Moon Circle , que je vous avais présenté en tout début d'année avec leur premier EP  "Plains " . Le power trio - et quel power trio ! - revient donc cet automne avec un nouvel opus intitulé "Andromeda " , fruit d'une (très) longue journée d'enregistrement en avril dernier . Ce nouvel opus suit parfaitement la trajectoire du précédent : de longs titres  heavy psychédéliques  complètement hallucinés et hallucinants où les chorus de guitare sont de toute beauté ,  animés des plus beaux effets toujours sous la houlette du fameux Dr Space . Amateurs de titres formatés pour la radio , passez votre chemin ! Cet album qui offre plus de 45 minutes de musique en seulement cinq titres  vous laissera les sens en éveil jusqu’à la dernière seconde .
Acte I : "The Machine on the Hill "  : on est immédiatement propulsé dans une autre dimension  , un espace infini constitué de sonorités cosmiques , de multiples chorus méga fuzzés , échevelés  et aériens , une rythmique en transe et un chant  éthéré . Attention une écoute au casque prolongée pourra  vous donner l'impression d'un  décollage corporel immédiat !
Acte II : " Jack's Cold Sweat '  , composition  fascinante  mélangeant les influences psychédéliques du trio , des refrains floydiens sursaturés ,  une boucle rythmique pachydermique qui s'anime crescendo et des soli explosifs tout en sustain et joués en totale rupture comme si la fin du monde était proche .
Attention  vous pourrez difficilement bouger la tête après avoir accompagné le tempo infernal de ce morceau .

Acte III : "Supernova " vous emportera loin de vos préoccupations quotidiennes . Fermez les yeux et la magie opère ! Les circonvolutions rythmiques alliées à quelques riffs mélodieux joués  tout en douceur  et en apesanteur vous apporteront instantanément  sérénité et volupté . Mieux qu'une thalassothérapie à Quiberon , les odeurs de d'algues en moins !
Acte IV : "Dragon"  , une magnifique entrée acoustique  rafraîchissante  qui donne un reflet vintage relayés par quelques effets stéréoscopiques et une lourde rythmique que Jason Bonham n'aurait pas renié avant que les riffs distordus reprennent le dessus pour un final tout en puissance et en éruption sonique  .
Acte V : "Andromeda "  le clou du spectacle qui en plus de 15 minutes finira de vous asséner ses somptueux riffs stratosphériques - fans d' Earthless ou Colour Haze vous serez comblés - , ses chorus envoûtants que l'on souhaiterait interminables  et ses subtils effets qui caressent les tympans  sans jamais les agresser ;  la dynamique des deux stakhanovistes du tempo  fait le reste  : pas un élément du kit de batterie qui ne soit percuté énergiquement de ces mains expertes  en complète fusion avec une basse détonante de vigueur et d'agilité ..
En conclusion un album de toute beauté et  qu'il  faut absolument se procurer !
Page Facebook






Andromeda EP (2014)
1. The Machine on the Hill
2. Jack's Cold Sweat
3. Supernova
4. Dragon
5. Andromeda












A+,

jeanmid





vendredi 19 septembre 2014

Fever Dog



Profitons de l'arrivée dans les bacs fin août du dernier opus des Fever Dog , "Second Wind " pour revenir quelques instants sur cet excellent groupe américain issu du désert californien .  Le groupe - à l'époque des collégiens - se constitue en 2006 dans un garage ;  puis après avoir enregistré un premier Ep en 2008  , le trio sort en 2009 un LP sous le pseudonyme de   Snot Rocket .  Au printemps 2012 le combo change son nom pour Fever Dog . La musique de nos trois amis se caractérise par un mélange hautement combustible de Heavy Rock , de Désert Rock et de psychédélique additionné par quelques beaux zests de  Space rock ( qu'ils ont d'ailleurs tutoyé sur leur split EP "Dog Ear " avec 3rd Ear Experience ) .
Autant vous le dire tout de suite cet album est une véritable réussite ! J'ai rarement écouté autant de compositions aussi variées  , aussi abouties et aussi inspirées sur une même galette .
Deux ans se sont écoulées depuis leur dernier LP et les trois musiciens ont apparemment bien mis à profit ce temps pour peaufiner des compositions  raffinées mais qui vous qui vous rentrent aussi dans le crâne dès la première écoute . L'évolution avec "Volume 1" est je trouve frappante ; les compositions se sont enrichies en sonorités originales avec de nombreux effets qui surgissent de manière inattendue , le chant  s'est également modifié et gagne ici en intensité . concernant la production , le travail su le son est également palpable avec un gain non négligeable en épaisseur et en puissance .  Aussi capables de nous compacter des morceaux de trois  minutes maxi qui ne vous laissent aucun répit comme " Second Wind " , "The Back of Beyond " , "Iroquois " ou "Rukma Venana " , les gars de Fever Dog savent également soigner leurs auditeurs avec de très belles compositions qui s’étirent en longueur et nous embarquent dans de véritables jams / trips hypnotiques qui s'écoutent merveilleusement bien au casque les yeux fermés . Parmi ces onze titres je vous conseille quelques incontournables comme "The Back of Beyond " parfait équilibre entre riffs aux sonorités typées Desert Rock et une rythmique au groove sacrément entraînant ou" One Thousand Centuries " précédemment découvert dans le split EP "Dog Ear ". Ce titre majoritairement instrumental hormis quelques vocaux habités , nous fait découvrir l'autre facette du groupe : un musique trans-sensoriel à grands renforts d'effets psychédéliques , de riffs  et chorus  aériens et hypnotiques . "Hats off to Andrew Bowen " instrumental aux vibrations tout autant en apesanteur  , qui alternent magnifiquement entre Heavy Blues survitaminé et passages Space rock avec quelques belles irruptions fantomatiques de synthés . A noter le magnifique travail de la section rythmique qui supporte et encadre avec brio les envolées de Danny Graham . "Lady Snowblood " couplé avec " Child of the Netherworlds "  est un véritable régal pour les oreilles : une première partie avec des synthés à la sauce vintage ( typés Pink Floyd 60s   )  , des voix évanescentes , des riffs légèrement fuzzés et phasés ( qui rappellent la sonorité de guitare des premiers Rush )  , une batterie lourde et une basse virevoltante ; une deuxième partie avec de larges passages de claviers plus colorés Space Rock et toujours ces chorus de guitares particulièrement envoûtants qui semblent décoller tellement ils sont fluides . Difficile de ne pas évoquer " Nexus " qui clôt ce deuxième chapitre  de Fever Dog tout en langueur , en douceur - un somptueux solo qui illumine le morceau -  de belles vagues de claviers nostalgiques des années 70  ;  un morceau qui nous laisse déjà  impatient de découvrir le prochain chapitre du trio américain .
Superbe album que je vous recommande définitivement  !

Page Bandcamp
Site WEB


Line-up :


  • Danny Graham : chant , guitare , thérémine   
  • Nathan Wood : basse , effets
  • Joshua Adams : batterie , claviers , chœurs



Discographie (LP) : 



Second Wind (2014)
1. Obelisk
2. Second Wind
3. The Back of Beyond
4. The Great Tree
5. Iroquois
6. Iroquois
7. One Thousand Centuries
8. Rukma Vimana
9. Hats Off to Andrew Bowen
10. Lady Snowblood / Child of the Netherworlds
11. Nexus






Volume One ( 2012)
1. Dirge of the Dryads
2. Don't You Go
3. Since I Met You
4. Everything You've Got
5. Nobody
6. Monkey See Monkey Do
7. Don't Tell Me What to Do
8. Devil in the Details
9. Shift
10. Leave This Town








A+,

jeanmid





samedi 13 septembre 2014

Monomyth - Further


Nos amis bataves reviennent en cette rentrée 2014 avec un nouvel opus sous le bras . "Further" sortira via le label Suburban Records  le 22 septembre prochain . Dans la parfaite continuité de leur précédente galette ces quatre nouvelles compositions instrumentales nous embarquent pour  un voyage sonore de 45  minutes à la découverte de sensations inédites . La thématique de cet album  est basée sur le mouvement et le voyage . Mais même si la destination reste incertaine  elle vous réserve de merveilleuses surprises ...Allez il est temps  , le départ est proche et  le vaisseau est prêt pour un décollage imminent ! "Ark M" ouvre magistralement l'album ; mélange de Space rock  et de Heavy psychédélique   avec ses envolées de claviers planantes   , ses mélodies aériennes et cette rythmique euphorique ; ce titre m'a immédiatement rappelé les  grands moments de 35007 , pionnier du genre , avec ces mélanges d'émotions qui fusent en même temps que les explosions soniques du synthè et dont l'héritage est flagrant ici . Attention  vous voilà soudain entraîné dans l'orbite spatio temporelle de "Spheres " ; ne vous laisser pas surprendre et ensorceler par  les notes translucides et enjôleuses  qui commencent à imperceptiblement vous donner  envie de remuer la tête en cadence  tout en gardant les yeux fermés afin de  mieux capter les subtilités du tempo , des chorus quadriphoniques  qui s'enchaînent indéfiniment comme la trajectoire céleste d'une comète géante . C'est au moment où vous prenez conscience du vide qui vous entoure qu'une intense lueur inonde subitement l'habitacle tandis qu'une incroyable déflagration résonne dans vos tympans . " Collision " est le mot qui vous vient subitement à l'esprit . Mais il s'agit peut être tout simplement des notes d'un clavier en irruption secondées  par un déluge de notes de guitares fuzzées et saturées - des sonorités clairement typées Stoner rock qui donnent du liant  à ces  mélodies éthérées le tout condensé dans le titre le plus court de cet album - 5'52 '' tout de même . Quelques notes viennent vous caresser successivement les deux tympans  - un  synthé qui vous rappelle la glorieuse époque de Tangerine Dream et autres prophètes des sons hybrides et synthétiques du siècle dernier . C'est le signal du retour ! Mais il vous faudra encore déchiffrer ce code " 6EQUJ5" qui vous permettra de lancer les propulseurs atomiques à plein régime vers la terre patrie . Les notes qui vous enveloppent et vous hypnotisent littéralement  maintenant  , les riffs et les chorus stratosphériques combinés à une rythmique  en apesanteur vous permettront sans doute de déchiffrer cette ultime énigme ; plus que 17 minutes et ce voyage sidéral devra prendre fin . Mais oui l' équalizeur de votre lecteur média miniaturisé vous donne la réponse : vous montez progressivement le son et instantanément  cinq musiciens au sommet de leur art et de leur créativité apparaissent comme par enchantement  dans votre esprit ;  ils vous donnent le "LA"  , la secrète harmonie qui relie tous les instruments   .  Alors  l'inattendu opère : 6 voyants de couleurs multicolores se mettent à clignoter et vous remarquez les signes qu'ils représentent . Mué par votre seul instinct  vous appuyez successivement sur le "6" , le "E"  , le "Q" , le "U" , le  "J" et le " 5" . Les  lumières s'éteignent une à une pour  et vous vous retrouvez dans le noir le plus complet . Pas même le temps de réfléchir sur votre situation qu' un déclic suivi d'une incroyable vibration s'opèrent  et vous voilà propulsé à la vitesse de la lumière dans le vide sidéral .
Vous aussi vous souhaitez être du prochain voyage ? Alors procurez vous ce nouvel opus de Monomyth !

Site officiel du groupe ICI



Further (2014)
1. Ark M
2. Spheres
3. Collision
4. 6EQUJ5



















A+ .

jeanmid




vendredi 5 septembre 2014

Sedated Angel



Sedated Angel est un groupe danois basé à Kolding et  actif depuis 2005 . Le groupe mélange  Stoner  rock et Psychédélique ( beaucoup moins le grunge présent dans les précédents albums ) mais surtout il excelle dans la composition de titres mariant avec brio de magnifiques mélodies et des riffs ultra fuzzés puissants qui rentrent immédiatement dans le crâne . Les derniers mois ont vu un changement de line -up pour le quatuor mais aussi la finalisation du nouvel opus intitulé " BeautyFall " . Longtemps annoncé puis retardé il est bien là puisqu'il sortira en version digitale le 6 septembre et en format vinyl le 29 novembre prochain .
Allez jetons un oeil ou plutôt une oreille attentive à cette nouvelle galette qui en plus d'une superbe pochette ( j'en connais un que cela va rendre jaloux ..) bénéficie d'une production en béton armé ; vous ne risquerez pas de louper le moindre glissement de médiator sur les cordes ni d'échapper aux riffs "mur du son " qui feront vibrer les basses de vos enceintes .
Eh bien mes amis il y a  bien là quelques petits brûlots qui nous réchaufferont cet hiver comme ce " All the Places " avec ses riffs implacables , belle gifle sonore qui tourne encore dans mon crâne après la fin du morceau ; hum ce petit solo pas piqué des hannetons qu'accompagne un de ces cogneurs de fûts que l'on préférera voir derrière son kit de batterie  que dans un affrontement à la loyale .. " Open Mind " est du même tonneau : un tempo de frappadingue qui ne vous laisse aucun répit et un déluge de riffs qui vous tombe sur la figure sans prévenir ; le chant est à l'avenant : juste et puissant . Quant aux  chorus de vraies tueries ! Tout ça m'a donné envie d'aller plugger ma gratte dans mon ampli  quelques  minutes .. mais je m'égare . Mais qu'est-ce que ça veut dire déjà " Kick Ass " en anglais ?  Ah oui ! Eh bien c'est vraiment  un bon coup de pied au c.. que nous donne ce titre avec encore une fois des riffs aux petits oignons patiemment mijotés et notre fameux cogneur  , Tommy Skouboe , toujours là , prêt à martyriser ses fûts sans aucun répit ..Allez il faut que je me fasse une petite pause moi sinon je tiens pas ..glouglou ..ah ça fait du bien là où ça fait mal . Bon c'est pas tout où j'en étais ? Il fallait ça je crois pour écouter " The Door "  : de l'excellent Stoner rock avec un superbe chant bien mélodieux , qu'encadre l'artillerie lourde , à savoir les deux  Kristensen et Christensen ( eh oui je vous promets ! )  aux six cordes . C'est vrai que les riffs des deux gratteux en stéréo ça attaque grave . Bon dois je encore vous parler de la section rythmique qui bastonne sans relâche dans le fonds ! Mes aïeux ! Les danois ont alourdis leurs riffs  avec  de l'acier trempé depuis leur dernier LP , c'est certain ! Tiens plutôt sympa cette intro psychédélique à la sitar sur " Black Clouds " vite suivi d'une bardée de  décibels salvateurs  et de riffs lourds , épais qui décapent . Le chant est à l'avenant : ensorceleur et énergique .
Bon ben vous l'aurez sans doute compris il n'y a pas grand chose à jeter sur cet album que je ne peux que vous conseiller .
Site officiel du groupe : ICI
Page Facebook
Page Bandcamp

Line-up :

  • Daniel Kristensen : guitare , chant
  • Christian Christensen : guitare , chant
  • Tobias Nefer  : basse , chant
  • Tommy  Iversen : basse ( sur l'album )
  • Tommy Skouboe : batterie , chant


Discographie  :




BeautyFall (2014)
1. Beautifal
2. All the Places
3. Rainbow ( med citat )
4. Out of Reach
5. Opiation
6. Open Mind
7. Kick Ass ( med intro )
8. The Door
9. Black Clouds
10. Weezer








Dirty Goin' Down EP ( 2011)
1. Dirty Goin' Down
2. Best Thing
3. Senseless Colours
4. Bathroom Floor












Far Beyond Repair (2010)
1. Cemetery
2. Expanded Horizon
3. Drug Shovel
4. Could Never Leave
5. Fire in My Eyes
6. Black Sluts
7. 1000 Times
8. Fly Away
9. Rollin'
10. Longest Time






 

See the World Through Burning Red Eyes ( 2008)
1. Burn
2. Numb
3. Walking
4. Rock'n' Roll
5. J.B.F.H.
6. This Is What You Become
7. Burst
8. Oh Billyboy
9. More And More








Sedated Angel EP (2007)
1. Takin ' it All
2. Exploding Head
3. Slappin in Your Face
4. Spinnin'
5. Dirty Road
6. If You Follow











A+,

jeanmid

























,

Brain Pyramid



Pour ceux qui ne connaîtraient pas encore Brain Pyramid , nos trois amis bretons en plus d'être de joyeux lurons et des champions du levée de coude quand il s'agit de découvrir une nouvelle bière sont aussi des musiciens talentueux et sacrément  sympathiques . Un petit historique s'impose : le groupe s'est formé fin 2012 à Rennes autour de Gaston à la six cordes et au chant et Baptiste aux fûts rejoints l'année dernière par Ronan en remplacement de leur précédent bassiste , connu également pour ses actes de bravoure au sein de Huata .
2014 sera sans doute un très bon millésime pour le combo breton car outre une belle brochette de concerts en belle compagnie - Black Bonbaim  , Fungus , Blue Pills ou The Atomic Bitchwax  pour ne citer qu'eux -  le groupe sort enfin son premier LP intitulé " Chasma Hideout " . Celui-ci verra le jour le mois prochain sous la houlette d' Acid Cosmonaut Records . Sept titres de Heavy rock mâtiné de psychédélique  mais également fortement influencés par la mouvance Stoner rock .
Les influences mélangées des trois garçons nous offrent de belles compositions variées qui  font  la place belle à du gros son  , des sonorités saturées de fuzz et de wah wah , une basse qui bourdonne à merveille et une batterie en éruption  et si vous aimez les chorus d'anthologie vous allez être servi : on a du mal à l' arrêter Gaston quand il est parti ...
Je vous laisserais le soin de découvrir en détail cet album ( au passage bravo la production ! )  lors de sa sortie mais je vous livre ici mes trois coups cœurs : " Chasma Hideout " magnifique instrumental de plus de onze  minutes qui déroule ses superbes  riffs aériens , ses soli vertigineux ,  ses effets spatiaux , ses lignes de basse en suspension  et ses  coups de boutoir  tantôt survoltés mais aussi retenus de  Baptiste  l'artiste ( ça rime ) ."Twin Headed Giant " pour le combat de forcenés que se livre  une guitare   en fusion qui délivre ses riffs heavy blues crapuleux   , une basse survoltée qui sait aussi magner les pédales d'effets et une batterie en transe qui ne laissera aucun bûcheron canadien insensible . L'orgue qui s'invite  sur "Into the Lightspeed " autre instrumental de cet opus  c'est plutôt réussi !  Il accompagne intelligemment le trio dans une course sonique infernale  qui mélange une batterie de riffs heavy blues joués en boucle et rythmique virevoltante . Headbanging garanti !
Fortement conseillé !
Plus d'infos sur la page FB  du groupe .


Line-up :


  • Gaston Lainé : guitare , chant
  • Baptiste Gaultier  Lorenzo : batterie     
  • Ronan Grall : basse  








Discographie :




Chasma Hideout (2014)
1. Living in the Outer Space
2. Lazy
3. Landing on the Pyramind
4. Lucifer
5. Twin Headed Giant
6. Into the Lightspeed
7. Chasma Hideout











Magic Carpet Ride EP ( 2013)
1. Bad Luck
2. Stone Woman Blues
3. Mary Jane Blues
4. Cosmic 1000 Years
5. Electric Spell












A+,

jeanmid


Born To Hula - Dirty Tapes


Born To Hula revient cette année avec une nouvelle galette sous le bras intitulée " Dirry Tapes " et qui sortira officiellement le 5 septembre via Setalight . Le trio allemand est en forme et ça s'entend à travers les sept titres que j'ai eu l'occasion d'écouter - le nouvel opus en contient neuf  . Le style est par contre très épuré : pas de fioritures , d'effets spéciaux ou de multiples couches surproduites , on fait dans le pur jus , du Desert Rock bien aride et sans gras à la Brant Bjork , Yawning Man ou Fatso Jetson  mais par contre avec une bonne dose de groove à  revendre !  Des sons qui fleurent bon la prise Live in Studio afin de restituer l'esprit et la spontanéité des compositions . Vous ne trouverez pas ici de sonorités hyper distordues ; les mélodies passent avant les effets , la basse claque et donne le relief nécessaire , la batterie donne le tempo et la guitare le La . Parmi les titres que j'ai préféré je citerais : "..Cruise Tonight " qui marie parfaitement desert rock détonnant avec un zeste de psychédélique ;  ça sonne juste dans une ambiance furieusement groovy qui vous donne l'envie de balancer les cervicales en cadence ;  nettement plus efficace qu'une boisson énergisante pour rouler au bout de la nuit  ! J'ai également apprécié le quasi instrumental " ...shine " qui ajoute une somptueuse note d'orgue aux  mélodies contagieuses et addictives  déployées par nos trois teutons inspirés ,  pour plus de quatre minutes de voyage sidéral vers la lumière .."Thirteen " est le prototype du morceau désert rock par excellence  concentrant des riffs légèrement fuzzés  répétés à l'envie et débordant une nouvelle fois de mélodies groovy  bienfaitrices   qui gagent en densité  et en intensité grâce à  une section rythmique frénétique .
A découvrir de toute urgence !
Deux titres sont à écouter sur le site du groupe ICI




Dirty Tapes ( 2014)
1. Location Belly
2. Didn't Feel
3. Cruise Tonight
4. Sun Is Up
5. Moon...
6. ..shine
7. Thirteen
8. Unspoken
9. Your Rain










A+ ,

jeanmid



mercredi 30 juillet 2014

Bask


Je dois vous avouer que ce groupe m'était encore totalement inconnu il y a encore quinze jours . Le hasard ou un web zapping endiablé  m'a aiguillé sur leur page Soundcloud  et plus précisément sur leur premier EP 6 titres .  Eh bien le hasard fait parfois bien les choses ! En effet le quatuor américain basé à Asheville nous propose une expérience musicale vraiment unique . Depuis fin 2011 le groupe a pas mal tourné et leurs différentes expériences scéniques ajoutées aux  influences musicales multiples des quatre protagonistes aboutissent enfin à la publication d'un premier opus ce mois - ci : "American Hollow " . Ce qui frappe d'entrée de jeu ( outre une superbe pochette ) à l'écoute des compositions du quatuor c'est la diversité des sonorités et la confrontation originale entre des chants mélodieux et des riffs lourds et puissants .
L'album dure plus de 40 minutes et recèle quelques pépites incontournables ! Prenez " American Hollow " qui installe tout doucement  de magnifiques mélodies à travers ces superbes riffs auxquels répond un chant tout en chaleur et en suavité mais qui sait aussi se déchaîner et donner une tonalité plus sludge quant c'est nécessaire . L'un des moments forts de cet album est sans doute l'instrumental " Land of the Sky " qui ravira sans aucun doute les fans de Baroness - période Red ou Blue Record - ou de Mastodon avec ce mélange post rock et stoner  métal qui révèle en fait des riffs à couper le souffle  dispensés en harmonie par les deux gratteux de la bande ! Les mélodies s'incrustent insidieusement dans vos tympans sans vous laisser le temps ou la volonté de réagir ...des chorus de toute beauté s’enchaînent ( tiens mais je crois même reconnaître une descente de gamme à la Robbie Krieger ) tout au long de ces huit  minutes . "Shake the Soot " est encore un bon exemple de la dualité permanente qui parcourt ce disque :  entre émotion et tendresse du chant et des chorus de guitare qui alternent  entre accalmie et éruption sonore . Au moment où j'écrit ces lignes  "Endless Summer " traduit un peu ma pensée même si les vacances se rapprochent ...cette  composition est en tout en progression : le tempo de la rythmique se fait de plus en plus rapide , accompagnant une  mélodie envoûtante et récurrente à laquelle  s'associe quelques beaux chorus atmosphériques  précédant un final euphorique typiquement post rock .
Un album à ne surtout pas louper !
Page FB




Line-up :


  • Zebulon Camp : chant , guitare  
  • Ray Worth : chant , guitare
  • Jesse Van Note : basse
  • Scott Middleton : batterie







American Hollow EP (2014)
1. High Mountain Pass
2. Amaerican Hollow
3. Land of the Sky
4. Shake the Soot
5. A Man's Worth
6. Endless Summer











A+,

jeanmid