Bienvenue dans mon Blog - Welcome to my Blog


Welcome to my Blog which is also yours !
Stoner Rock / Desert Rock / Heavy Rock / Hard Blues Rock / Heavy Psych / Sludge ...and More are always welcomed here !
It's before all a site to share news , ideas , stuff , ..have fun !!

A+,

jeanmid

vendredi 18 avril 2014

The Golden Grass


Je suis toujours frappé de voir comment la musique en général et le rock en particulier ont la capacité de se renouveler ou plutôt de se régénérer, recyclant ainsi les sonorités des glorieuses années 60 - 70s pour nous en proposer une version actualisée , rafraichie et pimpante .
Une nouvelle preuve de cette vague "revival " est l’arrivée dans les bacs le mois prochain – le 9 mai pour être précis – de la première galette de The Golden Grass via le label finlandais  Svart Records .Le trio américain basé à Brooklyn , formé il y a maintenant un an , n’est  pas composé de débutants : on trouve en effet en son sein des vétérans de la scène new yorkaise , issus de combos comme La Otracina ou Strange Haze .
Autant vous le dire tout de suite cet EP 5 titres est une véritable bombe ! La musique du power trio  est indéniablement inspirée par le groupe de Heavy / Hard Rock des seventies comme Humble Pie ou les premiers opus de Rush c'est-à-dire qu’elle combine la richesse des arrangements , des mélodies inspirées avec un feeling hors pair qui transpire des riffs finement ciselés développés par le groupe de Brooklyn . La production est superbe et réussi parfaitement à nous bluffer quant à l’année d’enregistrement de cet album . Les titres , loin ici du formatage radio habituel , savent prendre leur temps et laisser aux trois musiciens le loisir de s’exprimer en toute liberté comme sur " Wheels ". Difficile de ne pas être emballé par "Please Man " : du groove en barre encadré par de superbes chorus , des chœurs et un chant qui caressent en douceur nos oreilles .  " Stuck on the Mountain " enfonce le clou en distillant insidieusement une dynamique mélodique martelé par une section rythmique en grande forme et nous réserve un petit solo de toute beauté . " One More Time " est sans doute le titre qui sonne le plus heavy rock US avec ses sonorités tout en overdrive , ses chœurs calibrés pour les concerts et une rythmique faussement nonchalante . «Wheels » est l’un des titres phare de cet EP avec plus de 12 minutes de bonheur auditif  en tout cas celui qui m’a donné le plus de plaisir à son écoute : on se retrouve littéralement transporté 40 ans en arrière avec des changements de rythme multiples , des longs chorus bien trippants remplis de bonnes vibrations , des riffs qui fourmillent d’inventivité et « cerise sur le gâteau » un solo de batterie ( de plus de 2 minutes ) sur lequel Adam s’en donne à chœur joie tantôt cajolant tantôt frappant les différents kits de sa batterie à la manière d’un Neil Peart au meilleur de sa forme  . Ce premier chapitre de The Golden Grass se termine sur le virevoltant " Sugar’N Spice " à la rythmique groovy et à la basse bourdonnante  qui vous donne une pêche d’enfer ; Michael Rafalowich n’est pas en reste et nous délivre une nouvelle fois une bonne décharge de riffs en acier trempé !
Je dis bravo et je vous conseille vivement cet EP !
Page FB
A écouter ICI


Line-up :


  • Adam Kriney : batterie , chant
  • Michael Rafalowich : guitare , chant
  • Joe Noval : basse











    The Golden Grass 7'' (2013)
    1. One More Time
    2. Tornado



    The Golden Grass EP (2014)
    1. Please Man
    2. Stuck on the Mountain
    3. One More Time
    4. Wheels
    5. Sugar'N 'Spice














    A+,

    jeanmid


dimanche 13 avril 2014

The Socks


Nouvelle chronique de Jo Riou pour Stonerandmore . Attention ça déménage !!


Il y a parfois des épreuves dans la vie que l'on repousse. On les évite cordialement un temps, sachant très bien qu'un jour il faudra y passer. C'était le cas pour moi et cette chronique pour le premier album de nos français de THE SOCKS. Le 16 décembre dernier  leur premier morceau « Somekind of Sorcery » était présenté sur le web, on comprenait soudain pourquoi SmallStone avait parié sur eux, et que l'album à venir allait être du lourd. C'était la 1ère baffe, une de celle qui te choppe par les tympans, te retourne tout l'épiderme et t'arrache la colonne vertébrale d'un frissonnement de plaisir jubilatoire que perso je n'avais pas eu depuis ma première écoute d' "Hisigen Blues" d'un certain quatuor  suédois, qu'on ne présente plus ...
Puis pendant 4 mois c'est l'attente quelques autres morceaux fuites « Electric War », « Gypsy Lady » , et à chaque fois la même sensation... Chaque écoute des morceaux déjà diffusés se ponctuant généralement d'un : « Ah les p'tits bâtards... ». Termes que  je maintiens parce qu'autant j'avais déjà gouté a ce que nous avait servi The Socks auparavant, notamment avec leur précédent EP « Bedrock », où tout le potentiel était déjà posé, « Magic Rays », le premier morceau nous avertissait, mais le reste n'était pas forcément égal, c'était bon mais loin de me préparer à ce que j'entendais à présent. Pareil en live, à deux reprises l'an dernier en 1ere partie de Clutch puis de Pentagram, leur énergie débordante et communicatrice, leurs compos super efficaces imprégnées de desert rock et de heavy 70's et surtout la voix de Julien Meret m'avait déjà me faire dire que ces mecs là était des bons et qu'il faudrait les suivre. Mais étions-nous préparés à la suite les amis, je vous le demande???
Enfin le 18 mars dernier la boîte de Scott Hamilton sort officiellement « THE SOCKS, le 1er album ». Et tel un dératé je me jetai dessus, sans protection, sans rien.. L'impatience obsédante prévalant sur la précaution, toutes préparations mentales étaient oubliées, toutes les baffes parsemées pendant 4 mois, envolées ! Pauvre de moi, c'était fini... Finis les baffes, places aux uppercuts et aux high-kicks. L'écoute entière de l'album équivalant pour moi à un de ces combos de 400 coups qui comme dans les jeux vidéos de baston... Je pouvais plus me relever... C'en était finit de moi, ils m'avaient foutu à terre... Alors faire une chronique dessus... après tout ça... Comprenez la difficulté... Comment faire ? Comment être objectif ? Comment me montrer à la hauteur du défi qui m'attendait sans faire de la merde... Du coup pendant un mois, j'ai calé des morceaux de cet album dans mes playlists, l'histoire de m'en nourrir subtilement, de me préparer à ce que je devrais faire le moment venu.
Puis ce matin, je ne sais pas... Le beau temps... Le printemps... Je me suis dit que c'était bon : j'étais prêt... Je relance la bête dans son intégralité . Le plaisir est là , intact, j'encaisse les coups cette fois... Les morceaux s'enchainent, la rythmique du groupe est parfaite , la batterie nous sort des moments de bravoure hallucinante, le tout soutenu par une basse et une gratte rythmique qui ont tout compris et sont là en véritable piliers des compos, nous servant une colonne vertébrale solide où la voix et la lead guitare n'ont plus qu'a se poser, nous semble-t-il ! Mais en fait non! Ils ne s'arrêtent pas là, on pourrait croire qu'une mécanique s'installe, que ce sera beau et efficace et c'est tout! Mais non les saligauds nous servent des compos ayant chacune leurs particularités. On est plus dans un maelström d'influences, les The Socks en passant dans le moulin de Small Stone et certainement en absorbant tout les sons de nos voisins teutons plus  les références du grand Nord, ont décidé de s'arrêter à ce qu'ils font de mieux : du Heavy Rock 70's dopé à la taurine! Toute leur énergie et leur efficacité est au service de ce style, de leur album et de leur son. Et ça se sent. On sent la passion et le plaisir derrière chaque chant, chaque riff, chaque claquement de fûts, toute la prod de l'album fait corps pour  vous marquer l'esprit !!! Ils sont là les coups que je prenais !!! Je ne pourrais pas vous décortiquer les 9 perles que l'ont trouve sur cet album. Oui, « 9 seulement! » diront certains , mais non il n'en faut pas plus pour comprendre qu'on est face  à un des albums de l'année ; plus ça aurait été de la gourmandise malsaine. Du début à la fin, tout est bon même la pochette des excellents « Arrache toi un œil » fait son effet, on ne s'ennuie pas, nos p'tits lyonnais viennent de prouver à tout le monde que dans le raz de marée de "sons Revival " qui nous inondent  depuis 2 / 3 ans, ils avaient aussi leur mot à dire, et là où ils sont forts c'est qu'ils font  mieux encore et ça dès leur premier album ! Je ne peux que vous conseiller d'écouter  très vite ce bijou pour vous faire votre idée et si le cœur vous en dit de l'acquérir. Et pour les plus curieux et valeureux, The Socks entame sa tournée pour présenter cet opus dès le 19 avril prochain au Stone Rising Festival ( au Clacson, Oullins, 69 ) et le lendemain le 20 avril aux Doomed Gatherings ( au Glazart, Paris ), dans tout les cas un conseil : ne les rater pas ! Sur ce et maintenant que cette critique est faîte, je vais me réécouter ça, et cette fois ce sera purement du plaisir.




Line-up :
  • Julien: Lead Guitare & chant
  • Jess: batterie & Percussions
  • Nico: Guitare, claviers  & Chant
  • Vincent: Basse 




Discographie :




The Socks (2014)
1. Lords of Illusion
2. Some Kind of Sorcery
3. Next to the Light
4. New Kings  
5. Holy Sons
6. Electric War
7. Gypsy Lady  
8. We Live
9. The Last Dragon










Bedrock EP (2012)
1. Magic Rays
2. Bedrock
3. Made to Sleep
4. Silent Army
5. Red Sun
6. Time Is Coming












Side A EP (2011)
1. The Faker
2. It Was Bound to Happen
3. I'm Alright
4. Guns , Left , Right
5. Far From Heaven












A+,

jeanmid


samedi 12 avril 2014

El Paramo (2014)


Déjà six années se sont écoulées depuis la sortie de l'excellent premier EP du groupe espagnol El Paramo  et notamment le magnifique titre " El Povareda " .  Les revoilà enfin avec un nouvel album  cette année ( il sort le 21 avril ) coédité par le label du groupe La Polvareda et Nooirax   ! Et ils sont en grande forme ! Attendez - vous à une explosion de Fuzz ,  de riffs monstrueux et surtout à d'incroyables ambiances en totale  apesanteur .
Ce qui d'entrée de jeu nous frappe c'est la qualité de la production qui apporte un relief particulier à chaque note joué par chaque musicien  . Même si l'attente a été longue les compositions du groupe madrilène sont superbement inspirées et rappellent les meilleurs combos européens du genre comme Colour Haze , Papir , Causa Sui ou les défunts Sungrazer . Le plaisir auditif est toujours aussi intense avec  des titres comme " La Turbina  " qui ouvre magistralement l'album ; après une entrée en matière psychédélique tout en douceur avec les deux guitares qui se répondent en écho , les pédales Fuzz rentrent en action pour nous délivrer notre dose de riffs massifs  et de sonorités rugueuses pendant plus de 8 minutes  : vous êtes rentrés dans l'univers sonique et cosmique de El Paramo  !  "Don Pedro" est une véritable invitation mélodique mêlée à une paire de riffs en béton armé ; la symbiose entre les quatre musiciens est parfaite : les chorus et les mélodies sont également partagés par les deux guitaristes pendant que l'addition basse - batterie imprime un tempo et une rythmique qui donne à l'ensemble force et  volume supplémentaires . " Ad Bellum " apporte une belle touche heavy psychédélique de plus de 12 minutes avec de belles mélodies spatiales  tout en réverbération et  delay qui prêtent  à la méditation pour une montée progressive  vers un final gorgé de riffs ultra fuzzés . Petite intermède acoustique " La Cruzada "  nous transporte vers un  désert aride duquel émerge le son de quelques serpents à sonnettes soudain réveillés par les notes virevoltantes des guitares en fusion .." La Reina del Sol " est un parfait exemple de la maitrise des  quatre musiciens capable au cours de ces 12 minutes de développer autant d'atmosphères uniques et captivantes ( en cela comparable au trio teuton Colour Haze )  que les sonorités soient distordues ou mélodiques , il est difficile de rester insensible à ces chorus venus d'ailleurs !  "Aspid" démarre sur les chapeaux de roue avec une rythmique survoltée et énergique  encadrée par les deux six cordistes qui s'en donne à cœur joie sur la pédale Fuzz - écoutez moi cette suite de chorus détonants à partir de 4'26'' ; une pure merveille ! L'album se clôture sur ce titre "Llano Alto " qui démarre franco très typé  Desert / Stoner rock pour encore une fois s'étirer vers d'autres contrées musicales faites de volupté et d'espace  , de mélodies hypnotiques qui vous emmènent imperceptiblement vers d'autres  espaces intemporels .
Vous l'aurez compris : j'ai adoré cet album et je ne peux que vous conseiller de vous le procurer au plus vite !

Page Facebook : ICI




El Paramo (2014)
1. Turbina
2. Don Pedro
3. Ad Bellum
4. La Cruzada
5. La Reina Del Sol
6. Aspid
7. Llano Alto













A+,

jeanmid






samedi 5 avril 2014

Blondstone

 

Vous connaissez Blondstone ? Non ? Eh bien je vous suggère d'aller les découvrir grâce à leur nouvel opus " Mass Solace " qui sort le 8 avril .
Le power trio ,  formé en 2011  et basé à Nancy , propose un savoureux mélange de  Desert / Stoner rock et de Grunge . Nous les avions découverts en 2012 avec un superbe premier  EP  suivi il y a quelques mois d'une excellente reprise des Grand Funk Railroad . J'ai l'impression que le groupe est passé à la vitesse supérieure avec cet LP ; la production des 11 titres  est vraiment top  et restitue la puissance du combo tant du côté des riffs qui décoiffent mais aussi gorgés de mélodies que du côté de la paire basse - batterie   groovy à souhait . Quelques exemples ? OK ! " Bursting Shell " est un véritable coup de massue sonique . Huuum ce petit riff d'entrée qui vous rentre dans la tête on en redemande ... plus un refrain qui fera des merveilles en concert - j'en suis sûr ! Le morceau se termine en apothéose avec une superbe partie instrumentale qui vaut le détour .  Tiens un titre qui porte bien son nom " Shoot Shoot Shoot " : après une partie tout en douceur mélancolique  avec  ses superbes mélodies entêtantes que j'ai encore dans le crâne et un chant spatial de toute beauté , la puissance de feu est bien là avec une belle partie de riffs détonants et une rythmique dotée d'un groove gros comme ça qui ne vous laissera aucun répit ! Outre ces deux brûlots je vous recommande également " Rare & Strong " avec ces riffs qui rappellent les meilleures heures de QOTSA alliés avec une ligne de basse omniprésente en béton massif et une frappe puissante et ajustée des fûts ou dans un autre genre "Daze Me " à l'atmosphère plus pesante qui nous réserve encore de magnifiques riffs bien barrés aux sonorités inventives et aux effets très travaillés  , un chant écorché et puissant comme on les aime . Le temps semble s'étirer avec le Heavy bluesy " Lazy " tout en touché , en émotion où l'on découvre - si s'était nécessaire - la qualité des vocaux d'Alex qui fini de nous convaincre que cet album est immanquable !
Site web du groupe ICI
A écouter sur leur page Bandcamp



Line-up :

  • Alex Astier : chant , guitare
  • Nicolas Boujot : basse
  • Pierre Barrier : batterie




Discographie :




EP N°1 (2012)
1. Rare & Strong
2. Hard to Remove
3. Shoot Shoot Shoot
4. Shoulders to Cry on
5. Lazy











Got This Thing on the Move -Single (2013)
1. Got This Thing on the Move
















Mass Solace (2014)
1. Mass Solace
2. Bursting Shell
3. Shoot Shoot Shoot
4. Oulala
5. On Your Own
6. Rare & Strong
7. Lazy
8. All My Flaws
9. Daze Me
10. Shoulder to Cry on
11. Hard to Remove







A+,


jeanmid

samedi 29 mars 2014

Lord Of Giant




L'arrivée en juin prochain dans les bacs du nouveau single 2 titres des Lord Of Giant  via l'excellent label allemand H42 Records est un bon prétexte pour en découvrir plus sur ce groupe allemand .
La particularité , outre la présence de six  gaillards sur scène , est telle les groupes de rock sudistes des années 70 d'encarter trois guitaristes à la manœuvre  . Vous avez compris qu'avec une telle puissance de feu les compositions regorgent de riffs détonants . Mais le sextet fondé en 2011 à Mönchengladbach - typiquement le nom de ville imprononçable pour nous sauf pour les fans de foot - possède également d'autres cordes à son arc : des sonorités qui rappellent les années 70 , un chanteur qui "en a " et un sens du groove que ne renierait pas les ricains Clutch . Le groupe au départ instrumental s'est fait connaitre en 2012 avec un premier album auto-produit ( diffusé via Ratbox Records ) contenant quelques pépites comme " Mental Meltdown Lullaby " sorte de mélange entre un Led Zeppelin pour les riffs heavy blues et Black Sabbath pour la lourdeur des tempos et les sonorités graves ou " Midnight Run " où la voix chaude et puissante d'Ingo fait des merveilles épaulé par l'artillerie lourde des six cordistes et d'une section rythmique survoltée .
Que dire de ce nouvel 7'' ? Eh bien après plusieurs écoutes je suis toujours aussi emballé par " Dust Demon " avec ses excellents riffs  Heavy Rock  punchy qui rentrent parfaitement dans le crâne , une rythmique bien groovy et un chant qui gagne encore en profondeur et en rondeur  . Quant à "Woman " on ne peut s'empêcher de reprendre le refrains en chœur avec Ingo  qui mène la cadence de sa voix d'écorché vif  supporté par un véritable mur du son sonore plus qu'efficace.
A écouter  : Page Soundcloud et  ICI

Blog du groupe : LA

Line-up :

  • Ingo Bajonczak : chant
  • Chris : guitare
  • Manuel : guitare
  • Tim : guitare
  • Julian : batterie
  • Marcel : basse







Discographie :






Lord Of Giant ( 2012)
1. Midnight Run
2. Mushroom Head
3. The Only Fool
4. Traveller of Light
5. Mental Meltdown Lullaby 
6. Boogeyman 
7. Lord of Giant
8. Part of the Game







 

Single (2014)
1. Dust Demon
2. Woman
















A+,

jeanmid


jeudi 20 mars 2014

The Black Eplosion – Elements of Doom


On salue la première chronique ( et sans doute pas la dernière )  de Mister Jo Riou sur StonerandMore !! Jo , outre ses talents de graphistes et d'organisateur de tournées , rajoute à sa palette celle de chroniqueur ! Il évoque aujourd'hui The Black Explosion que je vous avais présenté il y a quelques temps sur ce même blog.

Deuxième opus du quatuor suédois mené par  Chris Winter (ex Dollhouse) qui nous dessert un heavy rock rétro bourré de références musicales diverses ; une sorte de mélange entre MC5, Black Sabbath (flagrant sur l'efficace « The Void ») mais qui se dote pour cette nouvelle galette d'une palette beaucoup plus Stoner. Effectivement des rythmiques et des ambiances parfois très Brant Bjorkiennes viennent étoffer de "cool attitude" une grosse partie des morceaux de cet album, comme sur « Golden Future » premier morceau de l'album, ou sur « Sick of This Cave ».
Au delà d'un simple album hommage à ces diverses influences, ont sent que le groupe maîtrise son sujet, l'a digéré et assimilé pour nous servir un album efficace et rafraichissant. Entre le chant maîtrisé du sieur Winter qui nous montre toute son talent, comme sur « Blow It Away » et « The Void » ou entre Glam Rock braillé, chant et même un passage parlé, on pense à un Morrisson cherchant à faire du Black Sabbath. Une rythmique ultra efficace soutien la guitare surpuissante de Joel Bergström, nous sortant un flot de riffs parfois sous substance, maîtrisant toutes ses variations d'effets ; c'est fuzzy et spatial, on pense à peu du Hawkwind, parfois à du Cream. Mais on oublie vite ses références comme quand la puissance des riffs  prend le dessus sur des morceaux comme « Elements of Doom » ou le final magnifique « We Will Fall », sur lesquels  on sent qu'une part de Jam est offerte à nos oreilles, mais que le tout reste maîtrisé  démontrant ainsi toutes les qualités du groupe.
En gros ce « Elements of Doom  » de The Black Explosion, c'est un peu comme un contraste auditif entre la noirceur du Doom/Psyché nostalgique des 60's / 70's et la lumière et la coolitude d'un desert rock bombardé par un soleil ardent ! Un album parfait pour vous accompagner en ce début de printemps et qui pourra vous suivre pour tout les autres beaux jours à venir, à conseiller à tout les amateurs !!!
Site officiel : ICI
The Black Explosion en écoute LA



Elements of Doom (2013)

1. Golden Future
2. Elements Of Doom
3. Blow It Away
4. Freakin Free
5. D-471
6. Mothership
7. Sick Of This Cave
8. The Void
9. We Will Fall








A+,

jeanmid



The Black Explosion - live at Studio Underjord

samedi 15 mars 2014

1886



Tiens si on allait faire un tour en Espagne , plus précisément à Barcelone ? En effet je viens de découvrir le groupe "1886" originaire ( fondé en 2012 )  de Catalogne  - dont je ne saurais d'ailleurs pas vous expliquer  l'origine du nom .  Le quartet délivre un  très bon Heavy Rock qui fleure bon les années 70 que nous pouvons découvrir sur leur premier EP .  Vous aimez les sons fuzzy et la wah en action ? Eh bien c'est le moment de jeter un  oeil sur ces trois titres du combo espagnol .
"The Birth of the Truth " est un très bon titre aux riffs  heavy blues vintage doublés d'une rythmique méchamment groovy ; une superbe composition qui vous fera balancer la tête en cadence je n'en doute pas ! "Same Old Shit "  vous transportera sans problème quelques dizaines en arrière vers la fin des années 60 - début des années 70  , époque bénie où les sons électriques aux sonorités fuzzy régnaient en maitre . Le tempo se ralentit sur " Song for Lucy & Concerns " et apporte de belles atmosphères psychédéliques enrichies par un superbe chant tout en couleur de Pau Bassedas. Mais rassurez - vous la deuxième partie de ce morceau est une très belle manifestation de Heavy Blues où l'on reprend avec plaisir une bonne dose de Fuzz !
Bien belle réussite que ce premier opus de "1886" et que je vous recommande très sincèrement !
Page FB
A écouter ici: Bandcamp


Line-up :

  • Paul Bassedas : guitare , chant         
  • Pol Ventura : basse
  • Pol Gomez : guitare
  • Marc Fabregas : batterie







1886 - 1886 EP (2014)
1. The Birth of the Truth
2. Same Old Shit ( S.O.S)
3. Song for Lucy & Concerns














A+,

jeanmid

1886 - The Birth Of The Truth (Studio Version)

vendredi 7 mars 2014

Kamchatka " The Search Goes on "



Près de trois ans séparent le dernier manifeste des Kamtchatka et ce nouvel opus " The Search Goes On "  sorti chez Despotz . Mais notre attente n'a pas été vaine ! Nouveau line - up également pour le trio suédois avec l'arrivée en son sein de Per Wiberg à la basse ( et vocaux ) et ex-membre de Opeth . On retrouve donc  avec plaisir ce  Heavy Blues rock magnifié et toujours drivé par le chanteur guitariste Thomas Andersson. Rien d'étonnant que les couches de guitares se démultiplient autant  sans pour autant éluder l'apport d'une section rythmique d'envergure qui donne tant de reliefs aux compositions du combo scandinave .


D'entrée la vitalité  et le groove des compositions nous  emporte littéralement :  le premier titre " Somedays " : avec ses riffs qui rentrent dans le crâne dès la première écoute , une section virevoltante allié une  chant haut en couleur vous met le bain d'entrée de jeu . "Coast to Coast " est encore une nouvelle preuve de l'originalité de ce groupe  :  de superbes mélodies qui font  mouche et un refrain que l'on a envie immédiatement de reprendre en cœur . " Broken Man " aux atmosphères plus mélancoliques et au tempo plus lourd et lent vous prend aux tripes inexorablement  avec un  chant tout en feeling  qui apporte une belle touche d'émotion .  Vous voulez un petit indice sur la créativité et la maitrise de Thomas à la six cordes : écoutez ces petits riffs originaux à partir de 3'35" de "Pressure " - excellent comme exercice pour s'échauffer les doigts de la main gauche sur un manche de guitare !" Cross the Distance " est sans doute l'un de mes titres préférés de cet album : quelques petits riffs entêtants qui vous fera remuer la tête j'en suis sûr , des mélodies imparables et un solo bluesy  de toute beauté . On en redemande ! Une nouvelle fois l'émotion s'empare de nous à l'écoute de " Dragons " magnifique slow électrique et acoustique où la combinaison de la musicalité  et du feeling des trois musiciens transpire à chaque note . On termine cet album par un morceau survolté et dynamique histoire de vous laisser sur votre fin en attendant le prochain épisode de Kamchatka !
Fortement conseillé !
A écouter via Spotify
Site WEB






The Search Goes On ( 2014)
 1. Somedays
 2. Tango Decadence
 3. Coast to Coast
 4. Son of the Sea
 5. Broken Man
 6. Pressure
 7. Cross the Distance
 8. Thank You for Your Time
 9. Dragons
10. The Search Goes On







 
A+,

jeanmid



lundi 24 février 2014

Rainbows Are Free - Waves Ahead of the Ocean


Cela fait toujours plaisir à entendre des groupes actuels qui ont intelligemment assimilé l'héritage de leurs aînés ! Rainbows Are Free fait partie sans aucun doute de ceux-là ! Ce groupe dont je vous avais parlé début 2011 a déja enregistré deux albums :  un premier EP en 2008 puis suivi en 2010 par  l'excellent " Believers in Medicine" . En effet à l'écoute de leur nouvel opus "Waves Ahead of the Ocean" qui sort ce mois-ci  via Guest Room Records l'influence de Black Sabbath  est parfaitement palpable mais elle est parfaitement adapté et mélangé aux autres influences du groupe américain  du côté métal  et heavy psychédélique . 
 Ce nouvel album contient donc huit nouvelles perles qui se dégustent patiemment. De magnifiques mélodies ,  des riffs lourds et solides ( et en stéréo ) des soli épiques et des musiciens au sommet de leur art : c'est ce qui vous attend avec cet LP des R.A.F . Quelques exemples ? "Sonic Demon " titre qui porte bien son nom avec un duel des deux riffeurs en chef  auquel se mêle  un chant vif et puissant qui leur tient la dragée haute . Ne vous fiez pas à "Burn And Die " et à son  tempo plus lent : la paire  de riffs bien lourds et répétitifs  vous rentre dedans sans l'air de rien avec en toile de fond les vocaux énergiques de Brandon qui sort du fond des tripes . "Speed God ... " est un petit brûlot concentré et efficace aux refrains frénétiques que l'on a envie de reprendre en chœurs . "  Les fans de Black Sabbath ne pourrons passer à côté de " Snake Bitten by Love " qui mélange les  riffs Sabbatiens avec du Heavy Metal des années 80 et dont les refrains , j'en suis sûr , seront repris collégialement lors des concerts . " Comet" file à  un train d'enfer avec le hurleur en chef aux commandes mais sait aussi développer de belles atmosphères moins radicales mais plus ensorceleuses .
Un album ( et un groupe ) à découvrir d'urgence !
A écouter sur Bandcamp
Site WEB






 

War Ahead of the Ocean (2014)
1. Speed God And the Rise of the Motherfuckers from a Place Beyond Hell
2. The Botanist
3. Waves Ahead of the Ocean 
4. Sonic Demon
5. Cadillac
6. Snake Bitten by Love
7. Burn And Die
8. Comet 









A+,

jeanmid

dimanche 16 février 2014

A suivre : Planes Of Satori


Réunissez un membre de Parchman Farm , un autre des Golden Void et vous obtiendrez la moitié de ce nouveau groupe américain de la côte ouest : Flames Of Satori . Le quartet vient de sortir un premier 45t  chez Who Can You Trust Records plutôt intéressant . On succombe immédiatement à l'écoute de ces deux titres qui mélange subtilité des arrangements et beauté des mélodies  avec ces riffs tout en finesse , une rythmique toute en délicatesse et un magnifique chant qui n'est pas sans rappeler le grand Jim Morrison dans les intonations notamment sur " Dichotomies " . Le deuxième titre " Son of a Gun " est un mélange étonnant entre rock , psychédélique 60s et une rythmique toute en percussion  à la Santana ; ajoutez à cela un chant puissant et captivant ,  de superbes chorus de guitares vraiment ensorceleurs et vous l'aurez compris vous gagnez  un superbe premier 7'' ...et un groupe à SUIVRE de très près !
Page FB
A écouter ICI

Line-up :


  • Chris Labreche : batterie    
  • Alejandro Magana  : chant
  • Justin Pinkerton : basse
  • Raze Regal : guitare











Planes Of Satori 7'' (2014)
1. Sun of a Gun
2. Dichotomies















A+,

jeanmid



samedi 15 février 2014

PAPIR - IIII



Avec tous les bons albums instrumentaux qui sont sortis depuis le début de l'année- Radar Men From the Moon , Het Droste Effect notamment  ,  il m'était plutôt difficile d'en choisir un parmi ceux là . Après de nouvelle écoutes j'ai décidé de jeter mon dévolu sur la dernière galette de Papir .
Après leur split EP "The Papermoon Sessions "  avec Electric Moon et leur "III" ( que j'avais d'ailleurs classé dans les dix meilleurs albums de l'année  2013) , le trio danois revient donc en cette début d'année avec un nouvel opus intitulé sobrement "IIII" toujours via El Paraiso Records - et le troisième que je chronique sur ce blog .  . Peu d'imagination dans le titre me direz - vous . Je vous répondrais que le meilleur est à l'intérieur : de magnifiques compositions Heavy Psych - Space rock voire Krautrock alliées à une superbe production qui met en relief les atmosphères musicales uniques  du combo de Copenhague . Comme dans leurs précédents albums le groupe préfère la qualité à la quantité : uniquement quatre  titres donc mais qui s'étirent dans le temps : plus de 45 minutes de plaisir auditif ! Dès le premier titre on se retrouve totalement submergé et subjugué par la délicatesse des mélodies distillées par Nicklas Sørensen accompagné par ses deux acolytes Chrsitian Becher et Christoffer Brøchmann à la manœuvre en totale harmonie à la  section rythmique . Ce qui frappe d'entrée de jeu c'est la richesse de la créativité du combo qui à partir d'une ligne mélodique va développer progressivement de multiples ambiances toutes aussi savoureuses et captivantes les unes que les autres . Je vous avoue que j'adore jouer ce titre au casque :   il vous caresse les oreilles et vous donne une sensation de volupté et de plénitude totale . C'est d'ailleurs le conseil que je vous donnerais pour "IIII" titre le plus court de cet album mais sans doute pas le moins beau . Ecoutez la  délicatesse et la  grâce  de ses accords  qui vous laissent rêveur lorsque la dernière note est jouée . L'autre titre phare de cet album est " III" : long morceau -  jam de plus de 20 minutes qui enchaîne avec  brio  riffs cosmiques et mélodies hypnotiques . Une composition   dans laquelle  musique est synonyme de sensation , son écoute  un   véritable voyage sonore qui une nouvelle fois ne vous laisse pas indemne à son issue . 
Album fortement conseillé !.
Page FB





IIII (2014)
1. IIII.I
2. IIII.II
3. IIII.III
4. IIII.IIII














A+,

jeanmid

vendredi 7 février 2014

Mindwarp



Mindwarp est encore une belle trouvaille du label italien Acid Cosmonaut Records .
Ce jeune trio s'est formé en 2012 à Brindisi sur les cendres d'un ancien groupe de Stoner Doom : Southern Cult ;  nous pouvons découvrir aujourd'hui leur premier EP 4 titres qui sortira officiellement le 21 février prochain  . Le combo  italien suit la tradition d'autres groupes avant eux comme Papir , Radar Men From The Moon  ou Manthra Dei avec des compositions entièrement instrumentales mélangeant heavy rock , psych , prog voire quelques riffs plus stoner . Le "fil rouge " des quatre titres consiste sans doute dans les atmosphères envoûtantes dans lesquelles le trio nous convie pour notre plus grand plaisir , alternant entre passages lents et psychédéliques et des phrases musicales où les riffs de guitare fuzzés et distordues prennent le dessus .
Comment en effet ne pas se laisser transporter par les mélodies hypnotiques de "Haarko -Haari - où les superbes riffs de guitare alliés à une ligne de basse totalement fluide et omniprésente font des merveilles .
" Excuse Me , I Have to Go to Space Now "  parfaitement indiqué pour une écoute au casque les yeux fermés  avec une première partie  toute en légèreté puis une fin plus frénétique .
Les deux autres morceaux étant du même acabit allez découvrir cet album : c'est mon conseil !
Page FB du groupe : ICI




Line-up :


  • Andrea Antelm : basse
  • Marco Mari : batterie
  • Vincenzo "Izzy " De Nigris : guitare






Mindwarp EP (2014)
1. Haarko - Haari
2. Adenochrome
3. Excuse Me , I Have to Go to Space Now
4. Iramocram


















A+,

jeanmid